1. Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.

Choix MAG/MIG ou TIG

Discussion dans 'Soudure, brasage' créé par michelfrance, 1 Avril 2013.

  1. michelfrance

    michelfrance Apprenti

    Messages:
    246
    Inscrit:
    23 Juin 2010
    Localité:
    IdF
    Choix MAG/MIG ou TIG
    Bonjour,
    A nouveau cette question récurrente du choix d'un poste de soudure. J'ai lu avec intérêt les forums sur ce sujet mais c'est difficile d'en faire une synthèse car chaque situation à ses particularités. Je dispose d'un petit poste de soudure inverter à l'électrode qui me convient parfaitement lorsqu'il s'agit de souder des pièces en acier avec de l'épaisseur. Par contre, pour la soudure de profilés en acier d'épaisseur 1 à 2 mm, c'est la galère. Je voudrais m'équiper d'un matériel plus performant MAG/MIG ou TIG, mais lequel ? Le choix en matériel est également vaste et dans une fourchette de prix assez large. Mon cahier des charges est le suivant :
    - souder des profilés en acier ou inox (épaisseur paroi de 1 à 3 mm) + barre carré 20x20 mm max,
    - pas de soudure aluminium pour le moment,
    - taux d'utilisation : 5 m de soudure environ par trimestre,
    - niveau de connaissance en soudure : peu expérimenté mais capable de faire un cordon entres 2 pièces épaisses.
    Question 1 : quel est le procédé et puissance les mieux adaptés à mon cas (facilité, coût de mise en œuvre) ?
    Question 2 : j'ai vu des postes MAG/MIG avec mode "no gas". De quoi s'agit-il, on peut souder MIG sans gaz ?
    Cordialement
     
  2. stanloc

    stanloc Compagnon

    Messages:
    4 365
    Inscrit:
    29 Octobre 2012
    Choix MAG/MIG ou TIG
    Bonjour,
    Effectivement c'est un sujet récurrent sur le site soudeurs.com et ce le sera pour longtemps encore car chaque mode de soudage a ses spécificités et lorsqu'en plus on est un amateur au budget calculé il est d'autant plus difficile de faire un choix. Il y a des solutions qui font le pont entre les trois modes de soudage mais le problème le plus ardu reste celui du gaz de protection lorsqu'on veut autre chose que le soudage MMA (baguettes enrobées). Et ce problème du gaz rend encore plus difficile la solution idéale qui serait d'avoir à sa disposition les trois types de soudage. Perso j'ai tranché après essais sur l'achat d'un inverter pour soudage TIG qui fait aussi la baguette enrobée bien sûr. Si on accepte la dépense de gaz le TIG est le plus polyvalent. Si on veut limiter le prix du poste on peut opter pour un poste MMA qui permet le TIG avec l'amorçage non pas "au gratté" mais le mode "LIFT-ARC" que possède d'ailleurs tout poste TIG de qualité. La seule chose à garder à l'esprit c'est que le capital investi dans le poste ne doit pas être l'arbre qui cache la foret. En effet les consommables -gaz et métal d'apport- ont vite fait de couter bien plus cher que le poste. En particulier le MIG/MAG est très couteux à l'usage car il faut deux bouteilles de gaz et les métaux d'apport (si on veut être rigoureux dans leur choix) ne sont souvent disponibles que par bobine de 15 kg car c'est le conditionnement pour les postes pro. Or la plupart des postes pour amateurs ne peuvent recevoir que des petites bobines donc il faut opérer un transfert et surtout investir beaucoup d'argent dans 15 kg de fil. Ne pas oublier qu'il faut pour bien faire plusieurs diamètres de fil selon l'ouvrage. Les baguettes pour le TIG sont comme les baguettes enrobées vendues par étui de 5 kg.
    Beaucoup optent cependant pour le MIG/MAG car "plus facile" à maitriser. Oui peut-être, mais il est surtout extrêmement facile de faire du collage avec ce procédé car pour maitriser la pénétration il faut des réglages appropriés et en plus si le poste est de type bas de gamme le déroulement du fil peut être catastrophique et ces réglages difficiles à obtenir.
    Stan
     
  3. Calamentran

    Calamentran Compagnon

    Messages:
    1 408
    Inscrit:
    13 Novembre 2009
    Localité:
    Meyreuil (à coté d'Aix en Pce)
    Choix MAG/MIG ou TIG
    Bonjour

    Personnellement, en plus d'un petit inverter MMA/TIG de chez EasyWeld que j'ai depuis quelques années, je dispose maintenant d'un poste GYS MIG/MAG/NoGas et j'en suis très satisfait, en particulier lorsque je soude des pièces fines.

    Je me débrouillais déjà pas trop mal en MMA et, malgré quelques inquiétudes, le passage au MIG n'a pas été difficile, une fois les bons réglages trouvés, les soudures sont belles, régulières et sans projections. Le câble-torche livré avec est un peu court, 1 m de plus aurait été parfait.

    [​IMG]


    J'ai quand même décidé de conserver mon inverter parce qu'il est rapide de mise en oeuvre et surtout très léger (on peut le porter en bandoulière en haut d'une échelle). Pour le budget, je n'avais pas les moyens de m'offrir le Kemppi de mes rêves, pour mon GYS, c'est 580 € le poste + 250 € l'achat de la bouteille d'ATAL (Argon + CO2) de 1 m3 (j'avais déjà le détendeur - débitmètre sur mon ancien poste TIG). Je tourne à 10 - 12 l/mn de gaz ce qui présage plus d'une heure d'utilisation, ce qui est suffisant pour mes besoins.

    Le mode "no gas" s'utilise en MIG mais avec du fil fourré (acier ou alu). Avec ce procédé, pas de gaz, la protection du bain de soudure se faisant par l'intermédiaire d'une poudre située à l'intérieur du fil (l'inverse d'une baguette enrobée).

    Je soude rarement l'alu, mais, au cas où, j'opterai pour ce procédé No Gas - une petite bobine 100 mm - ce qui m'évitera l'achat d'une bouteille d'argon.

    Voilà, si ça peut t'aider dans tes réflexions ...
     
  4. KY260

    KY260 Modérateur

    Messages:
    6 630
    Inscrit:
    17 Août 2008
    Localité:
    89
    Choix MAG/MIG ou TIG
    si tu soude l'alu, je te conseille vivement de le faire sous argon et surtout de changer la gaine pour une gaine teflon, sinon, tu vas t'arracher les cheveux.
     
  5. gégé62

    gégé62 Compagnon

    Messages:
    1 414
    Inscrit:
    26 Février 2013
    Localité:
    Harnes (Pas de Calais)
    Département:
    62440
    Choix MAG/MIG ou TIG
    Bonjour
    pour donner mon avis sur la question posée par Michelfrance
    Je précise que je ne suis pas soudeur, et je ne prétends pas faire du soudage de qualité.

    Je dispose d'un poste TIG Nertabloc 250 (SAF) , et d'un petit MIG-MAG de bricolage Bimax 152 (Telwin).
    Bouteilles de 4 m3 louées pour Argon (inox, alu) et Nertal (Acier)

    Mon poste TIG, c'est "mon luxe", mais j'ai investi quand je me suis mis à mon compte, en 1990, je voulais pouvoir tout faire. Ce poste fait bien sûr aussi le soudage à l'électrode enrobée.

    J'ai acheté le MIG plus récemment, en 2002. Je voulais découvrir ce procédé avec un matériel de bricoleur pas cher, quitte ensuite à investir ensuite si nécessaire dans un poste MIG évolué.

    Mon expérience résumée dans les grandes lignes

    il est d'abord important de préciser ce qui suit:
    je ne soude jamais de fortes épaisseurs, jamais d'appareils sous pression, ni même de soudure étanche (ou alors c'est pas gagné, j'ai intérêt à vérifier... !) pas de contrôle qualité, pas de soudure qui ait un rôle de sécurité). Bref, de la soudure d'amateur.

    De 90 à 2002
    Soudage effectué le plus souvent à l'électrode, poste de bonne qualité mais piètre soudeur.... :sad:
    Soudage au TIG (+ Argon), quand c'est nécessaire: épaisseurs fines acier, (par ex souder du 1 mm sur du 3, en bout à bout) ou pour de l'inox, ou pour soudage sans apport de métal, ou pour du rechargement local.
    en bref, je réservais le TIG aux opérations pour lequel il était nécessaire. Et ce parce que c'est plus long et plus cher.

    à partir de 2002.
    Depuis que j'ai "mon petit MIG" je ne soude pratiquement plus à l'électrode. Cela va beaucoup plus vite, les soudures sont plus belles, toutes choses égales par ailleurs, y compris l'adresse du gars qui soude :-D , pas de laitier à enlever, atelier plus propre (ou moins sale, comme on veut... :sad: .
    Le seul pb c'est que j'ai un stock d'électrodes à finir....

    J'utilisais encore récemment le TIG pour l'inox, mais j'en soude rarement. Et récemment j'ai acheté une bobine 15kg de fil inox 0.8mm qui me servira jusqu'à la fin de mes jours....
    Mon petit MIG ne prend, d'origine, que les bobines de 5 kg, alors j'ai fait un dévidoir séparé que je place à l'arrière de mon poste, impec. Je pourrai d'ailleurs à l'avenir acheter mes bobines acier (en fait c'est acier cuivré en surface) en 15 kg aussi.
    Donc maintenant même pour l'inox je suis avec "mon petit MIG".

    Reste pour le TIG des opérations particulières ou particulièrement délicates. Je ne regrette pas de l'avoir acheté, car à une époque, il m'a rendu vraiment service, et ne serait-ce que pour ces opérations assez rares, il faut bien que je l'aie.

    Cas particulier de l'aluminium. Jamais soudé jusqu'ici. Mais j'ai envie de m'y mettre. J'ai essayé ça marche en TIG. Mais je me suis équipé pour pouvoir faire en MIG aussi: achat d'une torche avec tube-guide en PTFE, et surtout achat d'une bobine de 15 kg en alu...pas donné non plus....Je dois faire des marquises pour tout le monde (les enfants et nous....ça en fait quelques-unes) et je préfère l'alu pour le poids et l'entretien. Ce sera sans doute pour l'été car là je suis sur d'autres choses.

    Bon, je ne vais pas dire que mon petit Mig peut tout faire. Notamment:
    - pas facile d'utiliser le fil de 0.6mm, vraiment fin et a parfois du mal à avancer dans la gaine.
    - le poste n'a pas assez d'intensité pour du fil de 1.2mm, et même sans doute 1mm.
    Résultat je soude tout au 0.8mm, c'est une cote mal taillée. C'est un peu gros pour souder du fin, et c'est fin pour souder du gros. Mais bon...!

    Une chose aussi: ça arrive de coller au lieu de souder, mais à mon avis aussi bien à l'électrode qu'au fil. Avec un peu d'habitude au MIG, ça n'arrive plus tellement. Ne pas négliger de préparer la surface: on soude mieux sur un bel acier bien propre que sur une couche de calamine....c'est vrai pour tous les procédés. Maintenant c'est certain que je ne pratique pas le test du pliage à 180° :) c'est trop chaud... :-D

    J'oubliais une chose d'autant plus importante qu'on n'en parle pas souvent (entre le MIG et le TIG): c'est qu'en TIG il faut les deux mains, c'est plus délicat, il faut plus d'entrainement et si on veut bien faire, il faut vraiment de ce fait être bien installé. En MIG c'est beaucoup plus tolérant, il me suffit d'un point d'appui coude gauche et basta...

    Mon petit MIG a déclenché 1 fois en 10 ans, j'ai dû attendre 15 minutes que ça revienne. Mais il y a eu des moments où il a vraiment cravaché, sans broncher. Je trouve que c'est pas mal pour un poste d'entrée de gamme.

    Conclusion: quand les deux procédés conviennent, on prend plutôt le MIG, plus facile et plus rapide (donc moins cher en temps mais surtout en gaz, pour nous les amateurs). D'autant qu'en TIG c'est de l'argon, un peu plus cher que Argon+CO2.
    Je pense que des partisans et pratiquants du TIG vont peut-être infirmer/nuancer mes propos ?

    Il existe des postes qui font tout TIG,MIG et même découpe plasma. Pour un prix qui n'a rien à voir avec la somme des trois achats. Mais je ne sais pas si cela marche bien, c'est peut-être l'idéal pour un amateur qui commence, et qui aura tous les procédés à sa disposition ?
     
  6. stanloc

    stanloc Compagnon

    Messages:
    4 365
    Inscrit:
    29 Octobre 2012
    Choix MAG/MIG ou TIG
    Bonjour,
    Cela c'est l'aspect technique mais tu as oublié de parler de ce que tout cela t'a couté et te coute à l'usage. En fait tu as pris la solution luxueuse en adoptant de t'équiper avec les 3 procédés donc tu optes pour le procédé le plus approprié à chaque cas. C'est l'idéal bien sûr.
    Stan
     
  7. Calamentran

    Calamentran Compagnon

    Messages:
    1 408
    Inscrit:
    13 Novembre 2009
    Localité:
    Meyreuil (à coté d'Aix en Pce)
    Choix MAG/MIG ou TIG
    Bonjour

    Pour compléter les réflexions, un article sur la soudure ici sur le forum :
    http://www.usinages.com/soudure-brasage/semi-automatique-mig-t327-30.html

    Merci. J'ai n'ai pas encore acheté la gaine téflon et le tube contact spécial alu (ils sont en option). Je sais qu'il y a beaucoup d'avis divergents sur les qualités & défauts du soudage "no gas" pour l'alu. Comme je l'ai dit, je soude très peu l'alu ... Le besoin venu, mon idée est d'acheter les accessoires et une petite bobine de fil fourré (ce n'est pas trop cher) et .... de faire un essai pour me rendre compte par moi-même. Je verrai bien le résultat à ce moment là ... si ça me permet d'économiser l'achat d'une bouteille d'argon, c'est pas plus mal.
     
  8. michelfrance

    michelfrance Apprenti

    Messages:
    246
    Inscrit:
    23 Juin 2010
    Localité:
    IdF
    Choix MAG/MIG ou TIG
    Bonjour et merci à tous pour votre retour.
    C’est sûr que l’idéal serait de disposer d’un poste qui fasse MIG-MAG-TIG et MMA pour souder de manière optimale dans chaque configuration mais ceci n’est pas dans mon budget et ma priorité est de réussir des soudures continues et solides entre plaques ou profilés en acier d’épaisseur 1 à 3 mm. Je recherche aussi à être plus à l’aise et précis qu’en MMA, et de démarrer autrement que par « grattage » donc avec un système type « lift-arc ».
    J’ai le sentiment que de passer de mon petit poste MMA actuel à du MIG « nos gas » n’est pas un réel progrès. Je lis que cela créé pas mal de fumée et de projections pour une qualité de soudure qui est analogue au MMA. Mais on est à ‘évidence plus à l’aise qu’avec une électrode de 30 cm qu’il faut guider et rapprocher progressivement avec la fusion.
    Reste donc les procédés MIG-MAG et TIG avec gaz et donc le problème des bouteilles (surtout en IdF). Les cartouches jetables n’ont aucune autonomie (5 à 8 minutes c’est trop peu). Le poste MIG-MAG est un peu plus cher à l’achat mais le gaz est un peu moins cher ce qui doit être intéressant pour une utilisation intensive. Le TIG semble demander plus de dextérité mais la qualité de soudure semble meilleure si bien exécutée. Par contre et accessoirement pas de possibilité de souder l’aluminium en TIG DC seulement en AC semble-t-il ? Ce qui ne semble pas être le cas du MIG.
    Deux questions pour Calamentran : pour ce poste GYS SmartMIG, démarre-t-on par « grattage » ? Comment est réglable l’intensité (pour souder de la tôle 1 à 2 mm, il faut descendre assez bas en ampérage 30 à 40A) ?
    Cordialement,
    Michelfrance
     
  9. moissan

    moissan Compagnon

    Messages:
    10 013
    Inscrit:
    13 Mars 2012
    Localité:
    FR-16 angouleme
    Choix MAG/MIG ou TIG
    l'avantage du mig mag c'est que c'est rapide et fait des belle soudure ... l'inconvenient de l'avantage , c'est que ça fait trop facilement des belle soudure pas solide

    le tig est moins rapide mais permet de faire les soudure les plus difficile avec la meilleure securité , je dirait qu'avec le tig on peut faire tout ce que fait le mig ... parfois moins vite , mais toujours plus solide

    ne pas oublier la soudure autogene a l'acetylene ... c'est très bien pour l'acier sur les fine epaisseur : le bon complement de l'arc a baguette ... chez moi j'utilise beaucoup l'acetylene parce que je n'ai pas encore de tig ... l'inconvenient est que ça chauffe plus large et fait plus de deformation ... probleme pour la tolerie de carosserie ... mais pour faire de la tuyauterie bien etanche l'acetylene me va bien

    l'acetylene marche bien dehors même si il y a un peu de vent , mig mag ou tig c'est completement impossible au moindre petit courant d'air : travail a l'interieur obligatoire
     
  10. Calamentran

    Calamentran Compagnon

    Messages:
    1 408
    Inscrit:
    13 Novembre 2009
    Localité:
    Meyreuil (à coté d'Aix en Pce)
    Choix MAG/MIG ou TIG
    Bonsoir

    En MIG, pas de grattage. Dès que le fil est au contact, il fond immédiatement en faisant de petites gouttelettes (on appelle ça transfert globulaire). Il existe d'autre type de transferts - pulvérisation axiale ou transfert par veine rotative - mais ces procédés sont réservés aux postes professionnels.

    Sur ce poste, les réglages sont très simples en fait. En fonction de l'épaisseur de la pièce, sur l'appareil un tableau croisé te donne les zones de réglages moyennes des deux boutons de commande, intensité et vitesse du fil. Au début, j'ai fait des essais sur des morceaux de ferraille "martyrs" et, sur les conseils d'Express00 (salut Daniel !!) je me fie maintenant à l'oreille ... un bon réglage fait un bruit particulier continu sans "pétarader" ... De plus, pour qui est habitué à souder au MMA, la tenue de la torche ne pose pas de problèmes particulier, que ce soit "en poussant" ou "en tirant". Voici deux petites vidéos très instructives pour démarrer sur de bonnes bases :





    J'espère t'avoir éclairé sur ces points.
    A te lire ...

    P.S. Moissan à posté alors que j'étais en train d'écrire. Concernant le travail en extérieur, c'est tout à fait exact qu'il est très difficile voire impossible de souder avec du vent (le gaz de protection est très sensible aux courants d'air). Mon garage est carrelé, ce qui fait qu'en MMA je soudais toujours dehors à cause des projections de métal en fusion. Avec le MIG, c'est du bonheur, je peux souder dans mon garage, à l'abri ... et sans projections au sol :-D
     
    Dernière édition par un modérateur: 4 Mai 2015
  11. cantause

    cantause Compagnon

    Messages:
    1 218
    Inscrit:
    13 Avril 2010
    Localité:
    Liège, Belgique
    Choix MAG/MIG ou TIG
    Je me permets de répondre :) C'est une poste mig, les notions de grattage et lift arc n'ont de sens qu'en tig, il faut donc effectivement que l'électrode fusible (le fil) entre en contact avec la pièce pour que l'arc démarre, mais n'ayez crainte, les postes actuels gèrent très bien ça et on ne sent pour ainsi dire pas le fil toucher la pièce.
    Si vous voulez souder fin (1-2mm), il vous faut effectivement un mig qui descend suffisamment bas en amperage, 30A ira très bien et est la valeur généralement rencontrée sur les mig classiques (i.e. non inverter).

    Vous avez vu juste, MAIS, par soucis d'exhaustivité, on sait tout de même souder l'alu en tig DC, c'est juste inefficace et de moins bonne qualité qu'en AC, on l'a donc (à ma connaissance) abandonné. En MIG on soude l'alu sans problème sous argon pur, c'est d'ailleurs l'usage du mig, les aciers étant soudés en MAG, puisque sous gaz actif (CO2).
    Les procédés sans gaz ne donnent effectivement pas de très bons résultats en général, il faut néanmoins distinguer l'utilisation fil fourré+gaz, qui elle donne de bons résultats, mais ce n'est donc pas par but d'économies qu'on la choisi, puisque c'est la solution la plus coûteuse.

    Vu votre cahier des charges, un poste tig ou mig de 140A fera l'affaire sans soucis, après, ils seront forcément rapidement plus vite limités en montant les épaisseurs, mais on sort de l'utilisation que vous en prévoyez.
    Si vous avez peur du coût en gaz, le mig reviendra moins cher, le gaz est certes moins coûteux, mais surtout le taux de dépôt est bien plus élevé qu'en tig, vous déposez donc bien plus de métal par litre de gaz consommé. L'autre avantage du mig est qu'il est toujours prêt à servir, pas besoin de tailler une électrode pour faire une réparation en vitesse, de blanchir la tôle (sans quoi le soudage devient très difficile en tig), il faut le reconnaître, c'est plus simple...

    PS: Calamentran a été plus rapide que moi.
    Pour compléter son message, les "petits" postes fonctionnent généralement en court-circuit et pas en transfert globulaire, qui est un état intermédiaire (qu'on évite autant que possible à cause du résultat pas top), avant d'arriver en pulvérisation axiale (atteinte vers 200A avec du fil de 0,8). Ce dernier mode de transfert, se reconnait bien à l'oreille lui aussi, par son bruit très continu, par rapport au bruit type buzzer du transfert en court-circuit, mais il faut effectivement un poste qui atteint les 200-250 A (sous une tension suffisante!) et donc il ne s'emploie qu'à partir d'une certaine épaisseur.
     
  12. moissan

    moissan Compagnon

    Messages:
    10 013
    Inscrit:
    13 Mars 2012
    Localité:
    FR-16 angouleme
    Choix MAG/MIG ou TIG
    dans l'entreprise ou j'ai commencé a souder au TIG , personne n'affutait les electrodes : c'était surtout sur de l'alu ... on se contentait de couper un bout de l'electrode avec une pince coupante si elle avait trop touché l'alu

    il faut dire qu'il n'y avait pas de soudeur experimenté , et qu'on ne faisait pas des soudure d'une grande finesse

    donc affutage des electrode ? pour une plus grande finesse de travail , ou pour amorcer plus facilement au gratage ?

    on avait un beau poste a amorçage haute frequence , donc l'electrode ne touchait l'alu qu'en cas de fausse maneuvre
     
  13. fred250

    fred250 Compagnon

    Messages:
    2 904
    Inscrit:
    8 Mai 2007
    Localité:
    Vienne Isére 38
    Choix MAG/MIG ou TIG
    Pour l'alu on n’affûte pas les électrodes puisque il ce forme une petite boule au bout pendant la soudure.
    Par contre j'ai jamais essayé de souder l'acier sans affûté.
     
  14. moissan

    moissan Compagnon

    Messages:
    10 013
    Inscrit:
    13 Mars 2012
    Localité:
    FR-16 angouleme
    Choix MAG/MIG ou TIG
    sur l'acier , sans affuter ça marche ... mais je n'ai plus ce poste sous la main pour voir la difference ... l'activité principale c'etait l'alu

    comme je n'ai jamais utilisé de tig ailleur quand je dit ça marche , peut etre que ça veut dire ça marche mal et je n'ai pas encore vu la difference
     
  15. gégé62

    gégé62 Compagnon

    Messages:
    1 414
    Inscrit:
    26 Février 2013
    Localité:
    Harnes (Pas de Calais)
    Département:
    62440
    Choix MAG/MIG ou TIG
    bonsoir,

    Moi quand je fais du TIG, (pas souvent) si je n'ai pas une belle électrode bien en pointe je fais vraiment du n'importe quoi. Par contre j'ai vu de mes yeux ( :-D ) souder au TIG sur chantier, sur assemblage bout à bout de tuyauteries acier pour haute pression, l'électrode n'était pas du tout taillée en pointe, le gars s'en souciait "comme de sa première chemise", et ça y allait....et c'était pas du bricolage, très belle soudure, avec contrôle radio (tuyauteries pour hydrogène à 60 bar). C'est resté un mystère pour moi.
    Je regrette de ne pas lui avoir demandé plus de détails...mais il était belge ou néerlandais, parlant pas français, c'est dissuasif !
    Je crois que l'intensité de soudage et le taux de dépot étaient très supérieurs à ce que je fais, d'ailleurs à plus de 120 A mon compteur saute...

    si quelqu'un peut en dire plus, ce serait quand même bien de savoir

    gégé62
     
Chargement...

Partager cette page